L'île de Madagascar

Madagascar, une des plus belles destinations dans le monde

Madagascar

Situé dans l’océan Indien, précisément au sud-est de l’Afrique, Madagascar (avec 587 295 km2) est une des plus grandes îles au monde (5e après l’île Bornéo). Séparé par le canal de Mozambique, Madagasikara (en malgache) reste un pays à part entière de ce continent. Sa capitale Antananarivo reste très bouillante à cause de ses marchés animés. Un voyage touristique dans la Grande île vous offrira l’occasion de découvrir une faune sauvage diversifiée, un beau climat, une flore merveilleuse, un relief attractif…

Le climat

Dans la 5e grande île au monde, on a deux types de saisons, sèche et pluvieuse. Elles permettent de déterminer le climat tropical et cyclonique du pays, chacune s’étend sur une période bien définie avec des caractéristiques spécifiques. Le climat de Madagascar présente des températures assez variables selon les saisons et les situations géographiques. Elles oscillent entre 4° et 35°, souvent accompagnées de vents violents.

En réalité, le climat de Madagascar varie selon chaque région du pays. C’est ainsi qu’en « hautes-terres » vous aurez des hivers très froids, dans la « Côte Ouest » les températures sont assez douces, alors que sur la « Côte Est » les températures sont très élevées. Mais en général, les saisons tropicales et cycloniques constituent l’essentiel du climat de l’île de la côte sud-est de l’Afrique.

Le climat de madagascar

Le climat tropical et ses caractéristiques

On rencontre ce climat le long des côtes, il est caractérisé par des périodes chaudes et humides, ce qui malheureusement provoque parfois des fièvres.

Quant à la saison sèche, qui s’étend de Mai à Octobre, elle est ensoleillée et marquée par des anticyclones. Provenant de l’océan Indien, ces vents soufflent sur l’île par l’Alyzée du Sud-est. Mais quelques averses interviennent parfois pour adoucir le climat pendant la saison chaude.

En général, dans l’année, la pluviométrie peut atteindre jusqu’à 4000 millimètres, particulièrement dans le massif de Tsaratanàna et la baie d’Antongil. Cela influence les températures annuelles qui peuvent varier entre 14 et 22°C. Cependant, tout le mois de juillet elles sont capables de chutter brutalement sur l’ensemble du territoire.

Le climat de Madagascar étant complexe, pendant que certaines régions sont bien arrosées, d’autres souffrent de sécheresse. C’est le cas du sud du pays où durant 11 à 12 mois, les précipitations sont rares. Les plateaux et massifs montagneux de l’Ouest sont aussi menacés par cette situation, ils offrent cependant davantage d’opportunité pour d’éventuelles découvertes touristiques.

La période d’Avril à Novembre est caractérisée par une absence de précipitations et cela provoque des baisses de températures pouvant descendre jusqu’à moins de 30°C. Dans les régions de l’Ouest de l’île malgache, les averses se font rares, entraînant ainsi des variations importantes. Cela assèche évidemment la végétation de cette partie du pays.

On peut conclure que le climat de Madagascar change d’une région à une autre suivant la végétation, la latitude, l’altitude et les cours d’eau.

Les cyclones Malgaches

Ils se présentent sous différentes formes suivant la taille, le lieu d’action et l’intensité. Les cyclones malgaches sont considérés comme étant parmi les plus violents au monde.

Bien qu’étant rares dans l’année, ils deviennent cependant plus fréquents précisément entre Janvier et Mars. En réalité, les cyclones se manifestent en 6 semaines au maximum, mais les conséquences sont énormes avec l’apparition de météores en fin de saison hivernale. Ces catastrophes naturelles proviennent évidemment des tempêtes océaniques indiennes.

Malheureusement, les principales victimes de ces ouragans sont les régions Nord, Sud et la côte Est. Le cyclone Ava (Janvier 2018) a laissé d’importants dégâts sur les côtes Nord et Est jusqu’à Tamatave, avant de quitter la grande île. Environ plus d’une cinquantaine de personnes y ont trouvé la mort. Dans la capitale, Antananarivo, il y a eu des inondations.

La tempête Indlala de 2006 a été un des plus violents suite à vents d’environ 203km/h de vitesse et des vagues de plus de 7m de hauteur. Le Sud d’Antalaha, particulièrement Ambodirafia, en a souffert le plus de ce typhon.

D’autres cyclones tels qu’Enawo (pour ne citer que celui là) ont endeuillé l’île de Madagascar qui est considérée aujourd’hui comme un territoire favorable à ce genre de tempêtes particulières.

La faune

La richesse faunique de l’île malgache repose sur l’abondance d’espèces animales telles que les lémuriens, tortures étoilées, crocodiles, baleines et autres. Lorsqu’on parle de la faune de Madagascar, en général on fait allusion aux lémuriens, mammifères très proches des singes, qui constituent un des symboles de la 5e grande île au monde.

Faune de Madagascar

Lémuriens malgache, une des espaces animales rares au monde

A part les réserves malgaches et comoriennes, aucune des nombreuses familles de cette espèce animale ne peut être rencontrée ailleurs dans le monde. C’est ce qui caractérise la particularité de la faune malgache. Lémurien sur l’île de l’océan indien et Maki à Mayotte, c’est uniquement dans ces deux pays qu’on trouve cet animal.

Vous pouvez découvrir des lémuriens qui ressemblent aux singes physiquement, grâce à leur long museau et leurs incisives bien pointues. A première vue, ils paraissent effroyables, mais en réalité ils sont bien adorables et pas agressifs. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (Uicn), cet animal est composé de 5 familles dont 15 genres et 101 espèces et sous-espèces.

La torture étoilée, un animal de compagnie à Madagascar

La torture étoilée détient une place importante dans la faune de Madagascar. Pour preuve, elle est particulièrement adoptée par l’ensemble de la population malgache. Certaines personnes ont tout simplement décidé de vivre avec elle à domicile. En effet, cet animal encore appelé torture rayonnée est vraiment adorée par les malgaches en général, grâce à sa beauté naturelle. Elle est considérée comme un objet de décoration, à l’instar de la rose dans le jardin. D’ailleurs, elle est jalousement convoitée par d’autres pays et c’est ce qui justifie son exportation parfois clandestine.

L’exportation de cet animal peut occuper un volume important dans les échanges commerciaux de l’île de l’océan indien avec l’extérieur, si cela est bien organisé. C’est un commerce qui, dans l’avenir, peut booster l’économie du pays en tant que véritable levier de développement.

Lorsque ce commerce sera bien structuré, il pourra évidement développer le tourisme qui va certainement accroitre les recettes douanières, augmenter les enveloppes des taxes et autres. Par conséquent, Madagascar pourra lutter efficacement contre la pauvreté qui est devenue aujourd’hui un « vice » social sur la plus grande île de l’Afrique.

Les crocodiles

Faisant partie de la faune de Madagascar, les crocodiles de la Grande île sont considérés comme un des plus dangereux de la planète. Un seul peut atteindre jusqu’à 6 mètres et le poids d’une tonne. Le crocodile malgache est capable de vivre pendant un siècle.

Les baleines à bosse

Les baleines de l’île sont des mammifères de la famille des cétacés. Baleines à bosse selon les malgaches, on les retrouve à l’Est du pays, précisément dans le canal de Sainte-Marie.

La flore

On rencontre près de 12 000 variétés de plantes parmi lesquelles 70 à 80% sont spécifiques au pays. Bénéficiant d’une situation géographique toute particulière et d’un climat favorable, la flore de Madagascar est spécifiquement riche pour sa diversité.

Flore de Madagascar

La spécificité florale à Madagascar

La végétation malgache constitue une ressource naturelle immensément riche qui peut favoriser des actions culturelles, économiques et touristiques dans le pays. Ainsi, des orchidées aux célèbres baobabs, sans oublier la vanille, le girofle, le poivre et l’incontournable arbre du voyageur, il y a vraiment de quoi justifier un voyage touristique sur l’île de l’océan indien.

Les baobabs, un des emblèmes de la forêt malgache

Les baobabs de Madagascar présentent des caractéristiques typiques grâce à leur taille et leur longévité. Les espèces de l’ile sont bien robustes et certaines ont dépassé 8 millénaires d’existence, un record rare au monde si ce n’est qu’à Madagascar qu’on peut découvrir cela. L’Adansonia Grandidieri, Madagascariensis, Perrieri, Rubrostica, Suarezensis et le Za constituent les principales catégories de cette essence.

Ce géant de la forêt malgache dispose d’une écorce assez épaisse qui lui permet d’emmagasiner suffisamment d’eau, ce qui l’aide à survivre pendant de longues saisons sèches. A 19 km de Morondava se trouve une rangée de vieux « arbres bouteilles » utilisés dans le domaine de la pharmacopée à Madagascar.

Les orchidées sur la grande île

Les orchidées, des fleurs d’une beauté indescriptible, sont une des spécificités florales de la côte Est de l’île de l’océan indien. Il en existe plus de 1000 espèces différentes qui se sont développées par le canal de certains éléments de la faune, notamment les fourmis, papillons et oiseaux. Par exemple, le Satyrium a été propagé dans la région par les petits oiseaux grâce à son nectar très apprécié. Quant au Stanhopea, il est l’orchidée des moucherons.

Par ailleurs, ces plantes épiphytes constituent une raison valable pour s’offrir un voyage touristique sur la grande île du continent africain. Elles font l’objet d’échanges commerciaux dans le monde entier, parce qu’elles sont utilisées pour fabriquer des produits de consommation tels que les desserts. Chaque espèce diffère d’une autre par sa couleur et sa forme.

L’arbre du voyageur

La merveilleuse plante herbacée fait partie des singularités de la plus grande île du continent africain. Elle possède des feuilles larges comme celles du palmier au point où certains la confondent à cette plante. L’arbre du voyageur ou encore Ravenala fait partir des armoiries du pays.

Par exemple, on le retrouve comme symbole emblématique sur les avions de la compagnie aérienne. Comme son nom l’indique, cette plante dispose de nombreuses tiges qui retiennent assez d’eau de pluie pour abreuver le voyageur en cas de soif. En plus, elle serait nutritive pour les enfants. Pour leur croissance, ses grains peuvent être mélangés dans du lait pour nourrir un bébé. Même les feuilles séchées sont utilisées comme toiture, plancher, couverture ou panneaux muraux. Elle peut aussi servir de décoration de jardin. C’est vraiment une plante presque 100% utile.

La vanille

La vanille, une des meilleures épices de l’île de l’océan indien se présente sous différente forme à savoir poudre, extrait et gousse. Elle fait partie des orchidées les plus cultivées, soit 1/3 de la production mondiale est locale. Elle peut être consommée dans beaucoup de mets. Sa forte demande a engendré une hausse de prix.

La grande île de l’océan indien est reconnue comme une des plus grandes productrices de vanillier au monde. Plante sous-bois, cet arbuste possède des lianes avec des racines aériennes qui lui permettent de grimper et de s’accrocher le long des arbres.

Le poivre

Le poivre malgache est une plante rampante sauvage qui pousse uniquement en zones forestières. Pouvant atteindre jusqu’à vingt mètres de haut, elle est récoltée manuellement. A Madagascar, le poivre est un des condiments les mieux utilisés à la cuisine. Sous 100 variétés, l’île produit plus de 2200 tonnes par an.

Le poivrier est une plante de zone riche en humus. C’est pourquoi, sa culture réussit facilement dans la région forestière notamment à l’Est du littoral où les précipitations sont abondantes.

La girofle

On utilise le giroflier pour produire de l’huile essentielle et du clou. C’est une des plantes assez populaires pouvant atteindre12 à 15 mètres. Elle se reproduit rapidement dans les zones abondemment arrosées.

La production du clou a lieu tout l’année, cela permet d’obtenir environ 6 à 16 kg de produits frais, soit à peu près deux tonnes par hectare. L’huile appelée eugénol est utilisée dans le domaine médical, notamment sous forme antiseptique et anesthésiste.

L’économie

Madagascar compte depuis 2016 près de 24,24 millions d’habitant. Son économie tient par rapport à de nombreux facteurs de richesse.

L'économie de Madagascar

L’agriculture malgache

Le succès de la grande île repose sur l’agriculture, un des moteurs de l’économie de Madagascar. Elle représente près de 30% du PIB. Elle est exercée par plus de 80% de la population active investie notamment dans la culture du riz, maïs, haricot, manioc, patate douce, pommes de terre et autres.

Ces différentes cultures sont réalisées pour satisfaire d’abord les besoins locaux avant leur exportation. Les produits destinés à la commercialisation concernent le café Robusta, dont la récolte annuelle est estimée à 80000 tonnes. Quant au cacao, la vanille et le girofle, la production de chacune des cultures peut atteindre 4000 tonnes par an.

Cependant, quelques difficultés viennent menacer sérieusement le poumon de l’économie malgache, qu’est l’agriculture. En effet, il est difficile d’accéder aux moyens de production, en plus on constate aujourd’hui une réelle dégradation des ressources naturelles. Tout ceci conduit à l’augmentation des besoins de la population paysanne. Néanmoins, les indicateurs économiques prévoient une certaine performance, comme ce fut le cas du PIB en 2017 avec un taux de4, 3%.

Les agences web de Madagascar

La grande île de l’océan indien compte une multitude d’agences web qui propose chacune des services de qualité, dont les prix sont bon marché. Elle participe toutes au développement de l’économie de Madagascar par la création d’emploi et donc de richesse.

On peut citer par exemple, Kinkimo, Index Madagascar et External IT. Ces agences web offrent des spécialités dans divers domaines. Par exemple, la 1ère citée est expérimentée dans la création de sites internet, l’audit SEO. Elle propose également des solutions e-marketing.

La 2nd (Index Madagascar) est connue pour la création de sites internet et publicité très appréciés grâce à seulement une équipe de 6 experts.

La 3e agence travaille avec une équipe de 11 membres. Les services qu’elle propose concernent la création de sites internet et de commerce en ligne. Ses prestations ont le meilleur rapport qualité/prix sur le marché malgache.

Les ressources naturelles

En parlant de l’économie de Madagascar, on fait aussi allusion aux nombreuses ressources naturelles diversifiées de l’île. En matière de biodiversité, elle occupe mondialement la deuxième place grâce à sa production importante de cacao, vanille, richesse minière composée de titane, nickel et pétrole. Mieux, les ressources malgaches comprennent des pierres précieuses telles que l’émeraude, le saphir et surtout l’or, fortement apprécié à l’étranger. Mais il est aussi important de ne pas oublier les nombreuses espèces animales et végétales vivant sur le sol de la grande île, dont certaines constituent une exclusivité pour le pays.

Le tourisme

Depuis quelques années, le gouvernement veut impulser le tourisme à Madagascar de sorte qu’il devienne un des leviers de la croissance économique du pays. L’objectif des autorités malgaches est de bien structurer le secteur afin de pouvoir attirer plus de 500 000 touristes chaque année. De ce fait, un comité de gestion est mis en place pour redynamiser les parcs naturels et préserver la faune et la flore.

Tourisme à Madagascar

Les plages

Madagascar est la grande île du continent africain située entre les eaux de l’océan indien. Elle possède de ce fait près de 5000 kilomètres de côte. Elle comprend de nombreuses plages toutes belles et propres qui séduisent la plupart des touristes venus des quatre coins du monde. Au Nord, on la plage d’Ambatoloaka et celle d’Andilana, dans la région Est il y a les plages de Foulpointe et de Mahambo. Mais celles à l’Ouest du pays à savoir Antsanitia et Kimony sont autant exceptionnelles à découvrir absolument.

Les circuits touristiques

La redynamisation du tourisme à Madagascar s’opérant progressivement, elle va permettre de booster le secteur et accroître l’économie malgache. Partant de ce fait, on constate un embellissement de tous les circuits touristiques telles que les plages, l’île de Nosy-Be, les sites de randonnées à pieds et autres.

L’aménagement des parcs naturels et la pêche traditionnelle sont des illustrations parfaites de la stratégie des autorités malgache à rendre performant et plus attractif le tourisme à Madagascar.